296-421-1741
 
Rechercher

Le burn out ou épuisement professionnel, brown out et bore out: comment les éviter ou s'en libérer?

Il existe plusieurs types de souffrances au travail. Connaissez vous la différence entre le burn out, brown out et bore out? Vous vous sentez fatigué au travail? Vous vous sentez épuisé par une pression, une charge mentale? Vous n'arrivez plus à gérer vos obligations? Vous avez peur de perdre votre emploi? Votre travail n'a plus de sens pour vous? Vous vous ennuyez au travail? Vous vous sentez sous pression? Vous vous sentez dépassé, à bout et pensez être en burn out? Où en êtes-vous? Si certaines situations ne sont pas prises au sérieux, cela peut conduire à des hospitalisations. Bonne nouvelle: des solutions existent. Il est possible de casser la spirale infernale en repérant certains signes d'alerte.

  • Qu'est ce que le burn out ou l'épuisement professionnel, le brown out et le bore out?

  • Signes annonciateurs et symptômes:

1. Les signes et symptômes physiques

2. Les signes et symptômes psychiques

3. Les signes et symptômes comportementaux

  • L'hypnose et les soins énergétiques, des outils très efficaces pour les éviter ou en sortir


Qu'est ce que le burn out ou l'épuisement professionnel, le brown out et le bore out?


Le « burn-out », ou « syndrome d’épuisement professionnel »

C'est un état de souffrance qui combine « sentiment de fatigue intense, de perte de contrôle et d’incapacité à aboutir à des résultats concrets au travail » selon l'OMS. Il n’épargne personne et les salariés sont de plus en plus nombreux à « se consumer » littéralement de l’intérieur.


Rares sont ceux qui ne se sont pas sentis un jour épuisés à la fin de leur journée de travail. Ou stressés le matin, à l'idée d'en affronter une nouvelle. Parfois, les vacances sont attendues avec une telle impatience que l'individu s'interroge : suis-je en train de faire un burn out? Si ce terme anglais n'a toujours pas rencontré de consensus scientifique, il répond à une liste de symptômes précis, identifiés au gré des centaines d'études menées sur le sujet.


Le syndrome d'épuisement professionnel est considéré comme le résultat d'un « stress professionnel chronique » qui peut être lié à une surcharge de travail, à un rythme trop élevé des tâches à effectuer, à des horaires longs sans maitrise réelle de son agenda, à des relations déséquilibrées, injustes, voire des conflits.

Ce stress au travail survient sur des personnalités très investies, mais surtout très dépendantes émotionnellement de leur travail. La personne qui ne parvient pas à faire face aux exigences adaptatives de son environnement professionnel, voit son énergie, sa motivation et son estime de soi progressivement décliner.

L’épuisement professionnel se développe ainsi progressivement chez certaines personnes exposées à des difficultés au travail et qui tendent à travailler toujours davantage pour essayer de retrouver satisfaction et confiance en elles. Si les conditions de travail restent difficiles, un cercle vicieux s’installe jusqu’à l’épuisement émotionnel durable, le « burn-out ».


Comment sortir du burn-out?

  1. Arrêter le plus vite possible la spirale infernale de stress.

  2. Aller voir le médecin et se faire arrêter.

  3. Se reposer, se recentrer sur soi, réfléchir et commencer à travailler sur soi.

  4. Profiter de votre temps de repos car c'est l’occasion de ne plus vous surmener.


Se faire accompagner thérapeutiquement pour:

  • prendre conscience de sa propre situation et ne pas prendre. le problème à la légère

  • prendre conscience que ce qu'on subit dans l’entreprise n’est pas sain et que cela doit changer

  • retrouver de l'énergie

  • oser en parler sans honte ou par peur de perdre son emploi

  • trouver le(s) facteur(s) du mal-être et comprendre pourquoi vous êtes arrivé à ce niveau de souffrance

  • changer ce qui ne va pas: c'est une étape essentielle pour vous reconstruire et ne pas retomber "par hasard" dans une situation similaire dans un autre job ou chez un autre employeur

  • se préparer à communiquer: vous devez en avertir votre hiérarchie de votre mal-être au travail. Dans une telle situation, susceptible d’entraîner des conséquences psychosociales graves, l’employeur se doit d’intervenir pour améliorer le bien-être de son salarié.

  • permettre d'établir des mesures pour faire modifier les choses et mettre fin au burn-out

  • si rien n’est fait dans l’entreprise et que la situation ne s’améliore pas, il est préférable pour le salarié en burn-out de trouver un autre emploi qui répondra à ses attentes et dans lequel il ne sacrifiera pas sa santé mentale et physique.

  • en tirer profit : cet événement grave peut devenir une opportunité pour changer de métier, de mode de vie, apprendre à s'écouter etc.

Si vous recherchez votre mission de vie, je vous recommande de lire mon article sur ce sujet "La mission de vie ou la mission d'âme: comment la trouver en 3 étapes?" en cliquant ici.


Le brown-out, le nouveau syndrome de souffrance au travail: quand le travail n’a plus aucun sens

Cela concerne les personnes qui sont qui sont désengagées et las de leur boulot.

Le docteur François Baumann donne une définition de ce nouveau phénomène : "directement issu du burn-out– qui correspond à l’épuisement professionnel – le brown-out se traduit littéralement par une baisse de courant". Cette chute de tension "exprime la douleur et le malaise ressentis suite à la perte de sens de ses objectifs de travail et à l’incompréhension complète de son rôle dans la structure de l’entreprise". 

"Il y a des gens qui se précipitent dans un métier soit parce qu’ils n’ont pas le choix, soit parce qu’ils ont cru que ça les intéresserait",

explique l’auteur de Le brown-out : quand le travail n’a plus aucun sens.


Cela concerne:

  • les métiers répétitifs

  • les postes qui laissent un sentiment de profonde inutilité (notamment dans les grands groupes)

  • les postes avec une incompréhension complète de son rôle dans la structure de l’entreprise

  • les changements de hiérarchies

  • les changements de postes

  • les changements de manières de faire, de procédures ou de logiciels

  • mais aussi les métiers où certaines personnes pensaient que c'était leur vocation et va s'en suivre une désillusion. Et en réalité, ils se sont trompés.

- Ça peut être vrai pour certains enseignants, déçus parce que l’attitude des élèves ne leur convient pas. Le vide et l’absurdité de ce qu’ils font s’étalent devant eux.

- Cela concerne de plus en plus d'étudiants qui se rendent parfois compte d'une réalité complètement différente en entreprise que ce que certaines écoles enseignent malheureusement et que leur métier peut même aller à l’encontre de leurs principes.

- Ou bien par exemple des personnes travaillant dans le médical et déçues du traitement humain des patients en milieu hospitalier.


Témoignage (source: le bonbon)

« Je suis sortie de l’école avec plein de bonnes idées, et de bons souvenirs de stage où on m’avait laissé travailler avec mon cœur. Puis quand j’ai commencé à travailler, on m’a demandé de faire du rendement avec la santé des gens, de travailler à la chaîne comme un chauffeur-livreur. Dans le service psychiatrie, personne ne parlait aux patients. Beaucoup de gens de ma promo ont connu la même désillusion. J’avais ma hiérarchie sur le dos, mes collègues qui me faisaient comprendre que ça n’allait pas le faire. On me reprochait d’être trop humaine, de tenir la main aux patients, alors qu’ils vivaient peut-être leurs derniers instants. Je rentrais, je pleurais, j’allais au travail à reculons. »

Hélène a réitéré l’expérience dans sept services différents avant de se rendre à l’évidence : elle était faite pour le métier (les retours des patients et de leurs familles étaient excellents), mais le milieu hospitalier n’était pas fait pour elle. « Ça allait à l’encontre de mes principes, de ce que j’ai vu petite, de ce que j’avais appris à l’école. » Elle a été consulter la médecine du travail qui l’a prévenue qu’au vu du contexte économique, la situation n’allait faire qu’empirer. Hélène s’est reconvertie au métier d'ambulancière, où elle est libre de prendre le temps d’écouter les patients, à l’abri des regards de ses supérieurs robotiques.

Et la question qui revient avec insistance : 'Qu’est-ce que je fais là ?'"

Le brown-out peut se définir comme un manque de sens dans son travail, notamment dû à la réalisation de tâches répétitives et non stimulantes. Il s’agit d’une pathologie que l’on retrouve notamment dans le cas de personnes ayant un certain niveau d’étude et/ou de compétences et qui se retrouvent à exécuter un travail dévalorisant vis-à-vis de leurs connaissances et expériences. Plus simplement, des personnes recrutées pour effectuer des tâches en négation même avec leurs compétences.

Elles peuvent se sentir inutiles au travail.

Avec les progrès technologiques, certains travailleurs se sont retrouvés à faire plus de tâches et on a assisté à l'émergence de nouveaux métiers inutiles, aussi appelés “bullshit job” qui seraient "le mal du siècle".

Ces tâches ou métiers non stimulants entrainent alors:

  1. une sorte de désillusion

  2. une baisse de l’engagement du travailleur

  3. un désintérêt pour la qualité du travail fourni

  4. des conséquences sur la vie personnelle.

Comment sortir du brown-out et retrouver de la motivation au travail ?

Se faire accompagner thérapeutiquement pour:

  • se rendre compte de l’influence du brown-out sur sa vie notamment personnelle

  • en parler à ses proches: en se confiant, on peut vite s’en rendre compte et échanger. Ainsi, on déculpabilise et on arrête de se dévaloriser

  • trouver le(s) facteur(s) du mal-être et comprendre pourquoi vous êtes arrivé à ce niveau de souffrance

  • changer ce qui ne va pas: c'est une étape essentielle pour vous reconstruire et ne pas retomber "par hasard" dans une situation similaire dans un autre job ou chez un autre employeur

  • s’extirper petit à petit de cet état de léthargie qui nous a fait oublier qui on était

  • retrouver de l'énergie

  • faire le point sur sa vie professionnelle, sur sa mission de vie

  • reprendre confiance en soi, en ses capacités, apprendre à se connaître

  • avec le brown-out, la clé pour s’en sortir est un changement radical: changer de poste, de tâche, d'entreprise, de métier ou se reconvertir.

Si vous recherchez votre mission de vie, je vous recommande de lire mon article sur ce sujet "La mission de vie ou la mission d'âme: comment la trouver en 3 étapes?" en cliquant ici.


Le bore-out, l'ennui au travail

Il s'agit d'un syndrome d'épuisement professionnel dû à l'ennui et au manque d'activité.


Les salariés confrontés au vide de leur activité se sentent déqualifiés. Ils ne peuvent pas exercer leurs compétences, ni les entretenir et encore moins les développer. Ils ont le sentiment de rétrograder, de rétrécir. Le travail n'a plus de sens.

Comment sortir du bore-out et retrouver de la motivation au travail ?

Se faire accompagner thérapeutiquement pour:

  • prendre conscience de sa propre situation

  • prendre conscience que ce qu'on subit dans l’entreprise n’est pas sain et que cela doit changer

  • retrouver de l'énergie

  • oser en parler sans honte ou par peur de perdre son emploi

  • se préparer à communiquer: vous devez en avertir votre hiérarchie de votre mal-être lié à un poste sans intérêt. Dans une telle situation, susceptible d’entraîner des conséquences psychosociales graves, l’employeur se doit d’intervenir pour améliorer le bien-être de son salarié.

  • permettre d'établir des mesures pour faire modifier les choses et mettre fin à l’ennui professionnel

  • si rien n’est fait dans l’entreprise et que la situation ne s’améliore pas, il est préférable pour le salarié en bore-out de trouver un autre emploi qui répondra à ses attentes et dans lequel il se sentira bien et utile.

Si vous recherchez votre mission de vie, je vous recommande de lire mon article sur ce sujet "La mission de vie ou la mission d'âme: comment la trouver en 3 étapes?" en cliquant ici.

Signes annonciateurs et symptômes

Il existe 3 catégories de signes annonciateurs et de symptômes. Ces derniers sont nombreux et peuvent être physiques, psychiques et/ou comportementaux.

J'attire l’attention du lecteur sur le fait que cette typologie ne vaut évidemment pas avis médical. Elle doit être prise pour ce qu’elle est: une liste exhaustive de ce qu’il est possible de ressentir à l’approche d’un burn-out, brown-out ou bore-out.


1. Les signes et symptômes physiques

  • le manque d'énergie, d'enthousiasme

  • une fatigue persistante et généralisée, non soulagée par le repos

  • des troubles du sommeil : un sommeil non réparateur, des difficultés d'endormissement, des réveils nocturnes ou des cauchemars 

  • des nausées, des troubles de l’alimentation, une perte ou une prise de poids

  • des troubles digestifs se manifestant par des désordres intestinaux et gastriques, une diarrhée ou une constipation

  • des rigidités musculaires : des crampes répétées, des raideurs ou des douleurs dorsales

  • une intolérance au bruit et, parfois aussi à la lumière, des troubles visuels

  • des maux de tête, des migraines;

  • des infections virales persistantes

  • des palpitations cardiaques, de l'hypotension ou de l'hypertension

  • un déséquilibre hormonal


2. Les signes et symptômes psychiques

  • le sentiment de surcharge, de stress ou d'ennui au travail

  • la sensation de « boule au ventre » en allant au travail

  • vous trouvez de plus en plus facilement des excuses pour ne pas aller au travail

  • la fatigue émotionnelle, le sentiment de « vide intérieur », l'abattement

  • l'irritabilité, l'impatience, une attitude de rejet systématique 

  • le sentiment d'échec, la résignation

  • le sentiment d'ennui, de manque de challenge au travail

  • travailler au ralenti pour se garder des tâches à faire tout au long de la journée

  • ressentir de la fatigue le soir

  • faire croire aux collègues que votre travail vous plait

  • le sentiment d’être inutile dans votre job

  • s’ennuyer tous les jours au travail ;

  • se sentir dévalorisé et remettre en cause ses compétences ;

  • partir plus tôt du travail le soi

  • vous ne savez plus vraiment quelle direction est en train de prendre votre carrière

  • les crises de larmes ou d'angoisse

  • la procrastination, l'incapacité à prendre des initiatives 

  • la diminution de l'estime de soi et de ses compétences, la culpabilité

  • le désintérêt, le désengagement progressif ou, à l'inverse, l'incapacité à s'arrêter de travailler

  • la sensation de « perdre pied » 

  • l'humeur changeante s'exprimant par l'agacement, l'hypersensibilité, la tristesse ou la colère 

  • le détachement émotionnel, la dépersonnalisation

  • sentiment d’être débordé(e) par toute demande professionnelle ou extra-professionnelle

  • sentiment de pression de performance

  • peur de perdre son emploi

  • sensation de toute puissance, de pouvoir tout gérer

  • sentiment d’être dans le speed 24h/24

  • difficultés à traiter les différentes tâches, aussi bien au travail qu’à la maison

  • désintérêt, désengagement progressif pour le travail ou, à l’inverse, incapacité à s’arrêter de travailler

  • impossibilité de se détendre à la maison

  • impossibilité de ne plus penser au travail en rentrant chez soi

  • ne plus différencier vie privée et vie professionnelle

  • humeur changeante (agacement, irritabilité, hypersensibilité, tristesse, froideur, pleurs, colère, etc) ou dépressive

  • tension nerveuse, patience altérée

  • impression de ne faire que courir toute la journée, sans pour autant avoir la sensation d’avoir avancé

  • perte de confiance en ses compétences


3. Signes et symptômes comportementaux

  • le travail mécanique (impression de passer en « pilotage automatique »)

  • la normalisation d'horaires à rallonge

  • vous travaillez de plus en plus mais sans aucun intérêt

  • repas décalés ou oubliés

  • vous traînez les pieds pour aller aux réunions

  • attitude négative, détachée, dure, disproportionnée ou cynique envers les autres (collègues, clients, patients, etc)

  • non-écoute des mises en garde de l’entourage et/ou du médecin

  • sur-contrôle, difficulté à déléguer

  • sensation de ne plus rien contrôler

  • passer d’un sujet à un autre, sans jamais terminer ou clore une discussion

  • indécision prononcée

  • des difficultés de concentration et une confusion mentale, une perte de mémoire

  • repli sur soi, isolement, évitement

  • abandonner ses activités extra-professionnelles usuelles (sport, loisirs, etc)

  • annulation des rendez-vous médicaux faute de temps

  • diminution très nette des interactions sociales (amis, famille, etc)

  • consommation accrue de tabac, café, alcool, vitamines et/ou produits stimulants

  • augmentation des comportements à risque (imprudences)

  • diminution de la tolérance à la frustration

  • impulsivité démesurée, hostilité, agressivité

  • jalousie ou cynisme envers les personnes ayant, selon vous, une vie plus “cool”

  • diminution de l’empathie (les problèmes des autres touchent moins), déshumanisation

  • paranoïa, agitation vaine

  • entourage impuissant ou non écouté

  • pensées suicidaires

  • une difficulté à porter un jugement, l'indécision

La bonne nouvelle, c’est qu'il existe des solutions.


L'hypnose et les soins énergétiques, des outils très efficaces pour éviter ou sortir du burn-out, brown-out ou bore-out

Il faut déjà dans un premier temps reconnaitre et accepter que quelque chose ne va pas et qu'il faut agir afin d'éviter que cela empire.

Quand on se rend compte qu’on souffre de symptômes cités ci-dessus, je rappelle qu'il est urgent et indispensable de consulter votre médecin traitant. 

L’Hypnose thérapeutique et les soins énergétiques sont reconnues comme moyens efficaces pour traiter divers problèmes et de plus en plus de professionnels de la médecine recommandent ces techniques complémentaires.


Je suis psychopraticienne:

  • Maître-praticienne en Hypnose Humaniste

  • Maître-praticienne en Thérapie Symbolique Avancée (TSA)

  • Maître-praticienne en soins énergétiques


Je vous accompagne avec douceur et bienveillance en présentiel dans mon cabinet et également à distance (50% des séances). J'ai la chance d'avoir déjà pu accompagner des centaines de personnes. En savoir plus sur moi.


🔑 𝗟’𝗵𝘆𝗽𝗻𝗼𝘀𝗲 𝘁𝗵𝗲́𝗿𝗮𝗽𝗲𝘂𝘁𝗶𝗾𝘂𝗲 (en cabinet ou à distance)

Oubliez les émissions TV. L’hypnose thérapeutique que je propose permet de travailler rapidement et en profondeur sur votre burnout, brownout ou boreout tout en gardant le contrôle pendant toute la séance.

👩‍💻 Il est très courant de nos jours de faire une séance à distance par vidéo en toute sécurité et de plus en plus de mes patient(e)s choisissent pour cette option que je propose depuis le début de mon activité. Le nombre de séances varie selon les cas mais quelques séances suffiront. ​

L'hypnose que je propose permet, entre autres,:

  • de travailler l'origine de votre burn out, brown out ou bore out

  • la libération des émotions négatives

  • de retrouver la confiance en soi et l’estime de soi

  • se reconnecter à son enfant intérieur afin de (re)trouver sa vocation

  • d'améliorer le sommeil et le calme intérieur.

𝗟𝗲𝘀 𝘀𝗼𝗶𝗻𝘀 𝗲́𝗻𝗲𝗿𝗴𝗲́𝘁𝗶𝗾𝘂𝗲𝘀 (en cabinet ou à distance)

Certaines personnes choisissent de commencer ou de terminer par un ou plusieurs soins énergétiques avant les séances d'hypnose pour cette thématique ou de e faire que des soins énergétiques.

🔋 Notre corps est fait de canaux énergétiques. L’énergie transmise pendant le soin va nettoyer les énergies négatives et refaire circuler l’énergie positive.

📡 Pas besoin de vous déplacer systématiquement, il est possible de faire la consultation à distance car l'énergie fonctionne comme le téléphone ou le wifi avec les ondes. Elle est donc aussi bienfaisante lorsqu’on est éloigné géographiquement, que lorsqu’on est juste à côté. Il faut compter entre 2 et 4 soins en moyenne.

Les soins énergétiques passent uniquement par l'énergie.

Le toucher donc le présentiel ne sont pas nécessaires.