top of page

Le critique intérieur: comment arrêter de se critiquer (ou de critiquer les autres)?

Vous vous critiquez souvent ou vous critiquez souvent les autres? Vous ne supportez plus les critiques? Quand vous avez envie de faire ou dire quelque chose, entendez-vous une voix intérieure qui vous retient du genre : “ça ne marchera jamais”, "c'est pas interessant ce que j'ai à dire", “que vont penser les autres ?”, “les risques sont trop élevés”, “tu es nul.le”, “pour qui tu te prends ?” etc. Vous culpabiliser de ne jamais faire assez bien, vous voyez toujours ce que vous auriez pu faire de mieux ou vos défauts? Comme si il y avait une part de vous qui vous empêche de croire en vous, de tenter des nouvelles choses, qui vous freine, qui vous juge en permanence et qui vous fait même douter de vos capacités. Vous en avez marre? Vous réalisez que le fait de vous critiquez ou de critiquer vous rend négatif/ négative? Vous aimeriez avoir plus confiance en vous, vous sentir mieux et être plus positif/ plus positive et plus heureux/heureuse? Il existe une solution pour faire taire en douceur cette petite voix!

  • Pourquoi nous auto-critiquons nous?

  • Qui est le critique intérieur? Quelle est son origine et son rôle?

  • Solutions pour arrêter de se critiquer et/ ou de critiquer

Rappel: Toute copie, reproduction ou utilisation totale ou partielle des écrits, audios, vidéos ou visuels, quel que soit le moyen ou le procédé utilisé, est interdite, sauf autorisation écrite préalable d’Elisa Erin, à défaut elle sera considérée comme constitutive d’une contrefaçon et passible de poursuite conformément aux dispositions des articles L.335-2 et suivants du Code de Propriété Intellectuelle.

 

Prendre conscience de certaines choses est une première étape, il sera souvent important de travailler (ou continuer à travailler) dessus ensuite pour avancer.

 

Voici 3 exemples d'accompagnements que j'ai pu réaliser sur cette thématique:

  • L'auto-critique liée aux attentes élevées des parents : Une personne ne supportait plus son "monstre" intérieur pour reprendre ses mots, qui la critiquait "tout le temps". Lors de mon accompagnement, elle m'a expliqué être issue d'une famille où les attentes parentales étaient toujours élevées, se retrouvant souvent prise au piège de l'auto-critique sévère. Ces attentes avaient été inculquées dès son plus jeune âge, contribuant ainsi à une tendance à juger sévèrement chaque aspect de sa vie. L'accompagnement a commencé par une exploration approfondie de son histoire personnelle pour comprendre comment elles avaient contribué à son auto-critique. Par la suite, nous avons travaillé sur la reprogrammation des croyances limitantes, en l'aidant à développer une estime de soi plus solide et à définir ses propres objectifs et valeurs, indépendamment des attentes externes. Elle a appris à reconnaître et à remplacer les pensées auto-critiques par des pensées positives et constructives.

  • Auto-critique due au manque de confiance en soi : Une personne, malgré ses succès professionnels, se critiquait constamment en raison de son manque de confiance en elle. Son manque de confiance en soi remontait à son enfance, où elle aurait souhaité recevoir plus de validation et d'encouragements. Nous avons travaillé sur l'identification des racines de son manque de confiance, en explorant les expériences passées qui avaient contribué à sa perception négative d'elle-même avant d'aller travailler ssur tous ces éléments. Grâce à des séances de renforcement de la confiance en soi, elle a pu identifier ses forces et compétences, et apaiser ses pensées auto-critiques.

  • Auto-critique liée à la peur du jugement des autres : Une personne se critiquait fréquemment en raison de sa peur du jugement des autres. Ayant grandi dans un environnement où le conformisme était valorisé, cette personne ressentait un besoin constant de paraître parfait. Notre travail a consisté à explorer les origines de cette peur du jugement et à la déconstruire. Elle a appris à accepter ses imperfections et à se libérer de l'emprise des opinions des autres. Les séances ont également inclus des exercices de gestion du stress et des techniques de communication pour l'aider à s'affirmer tout en respectant ses propres valeurs.


Vous l’entendez cette petite voix qui vous fait vous sentir mal?

– Tu es nul(le), la honte, tu es moche, tu es bon(ne) à rien, tu racontes n’importe quoi, tu n'en es pas capable, ton avis n’intéresse personne, tu es insupportable, tu n’as rien à faire ici, tu n’es rien comparé(e) à lui ou à elle, pauvre gars, pauvre fille…

ou bien encore à propos des autres:

– Elle/Il est nul(le), il/elle est moche, il/elle est bon(ne) à rien, il/elle est racontes n’importe quoi, son avis n’intéresse personne, elle/il se prend pour qui, il/elle est insupportable, elle/il n’a rien à faire ici, pauvre gars, pauvre fille…


Pourquoi nous auto-critiquons nous ou critiquons nous?

L'autocritique ou la critique peut être définie comme le jugement critique qu'une personne porte sur ses propres pensées, actions ou comportements ou celles des autres. Elle vient de la comparaison aux autres et se développe dès l'enfance. Le regard que l'on porte sur les autres est souvent le regard que l'on a sur soi-même: les personnes qui critiquent les autres ne s'aiment la plupart du temps pas elles-mêmes. Pour lire mon article sur l'amour de soi, cliquez ici.

L’être humain est en effet automatiquement appelé à se comparer aux autres, ne serait-ce que pour justifier son existence.

Une auto-critique “saine” est nécessaire et permet, en apprenant de nos erreurs, de grandir, d'évoluer. Dans sa version malsaine, l’auto-critique détruit notre confiance et notre estime personnelle. Car le problème avec cette petite voix intérieure malsaine, qui nous attaque et juge chacune de nos actions avec malveillance, c’est qu’on finit par la croire. Elle va nous pousser à nous culpabiliser, à nous rabaisser ou à le faire pour les autres…

Les réseaux sociaux, les médias, les systèmes ultra-compétitifs et déshumanisés de nos sociétés actuelles font naître et renforcent en nous une fâcheuse tendance à voir l’autre comme étant meilleur que nous le sommes, à avoir une meilleure vie que nous etc. à creuser le fossé entre “ce que je suis” et “ce que je veux être“.

S'auto-critiquer et critiquer, se plaindre est étroitement lié à l’insatisfaction. Cela ne va pas comme on veut, ce n’est pas ce que nous voulions qui arrive etc. Cela est souvent lié à de la jalousie également car ce qui arrive à l'autre ne nous arrive pas forcément.


Si vous prêtez bien l’oreille, voilà le genre de propos que vous entendre de façon récurrente venant de vous ou des autres:

  • Je n’y arriverai pas.

  • Je ne suis pas capable.

  • Ce n’est pas fait pour moi.

  • C’est trop compliqué.

  • Je suis trop gros(se)/ Je suis trop maigre.

  • J’ai peur de ne pas y arriver.

  • Je suis trop âgé(e)

  • etc….


Il devient alors souvent plus facile de se poser en victime de ce qui nous arrive. Il est en effet plus simple et moins douloureux de se dire “Je suis incapable” plutôt que d’encaisser un éventuel échec. Or très nombreux sont les témoignages de personnes qui ont "réussi" et qui racontent leurs doutes, leurs peurs, leurs angoisses.


Qui est le critique intérieur? Quelle est son origine et son rôle?

Vous souhaitez en lire plus ?

Abonnez-vous à elisa-therapie-coaching.com pour continuer à lire ce post exclusif.

Comments

Couldn’t Load Comments
It looks like there was a technical problem. Try reconnecting or refreshing the page.
Post: Blog2_Post
bottom of page