296-421-1741
 
Rechercher
  • Elisa Erin thérapie coaching

Prendre soin de sa santé mentale pendant l'épidémie

Depuis plus d'un an, nous faisons face à une situation mondiale des plus difficiles suite à l'apparition du Covid-19. En plus de la peur engendrée par le virus, depuis plus d'un an se sont succédés les mesures restrictives, les difficultés économiques, l'incertitude, la peur, les états dépressifs.

Or être en bonne santé mentale c'est être heureux. Comment prendre soin de sa santé mentale pendant l'épidémie?

Je reçois en ce moment beaucoup de personnes en consultation qui "craquent" face à la situation ou qui se sentent proches du burnout. Certaines personnes expriment également de la culpabilité à "se plaindre", à ressentir ce mal-être, ces angoisses, cette colère en pensant qu'il y a pire qu'elles. Il y aura toujours des personnes dans des situations pires mais ce qui est important est votre ressenti. Si vous vous sentez mal, le plus important est de vous occuper de vous afin de vous sentir mieux en évitant d'attendre trop longtemps avant d'agir.

  1. Qu'est ce que la santé mentale?

  2. Covid-19 ou "la dépression collective": hausse des états anxieux et dépressifs et dégradation de la santé mentale pendant la pandémie

  3. Comment prendre soin de sa santé mentale?

Pas besoin d’avoir le Covid ou un proche qui l'a pour se sentir mal. Tout le monde est touché.

De manière évidente, les questions relatives à la santé physique au virus ont été au premier plan des préoccupations. Mais dès le premier confinement, la souffrance psychologique a fait son apparition en s'aggravant de plus en plus.


Depuis le 17 mars 2020, les Français ont découvert:

  • le confinement

  • les déplacements limités

  • les attestations obligatoires

  • la fermeture des commerces, des écoles et lieux de loisirs etc

  • le port du masque

  • la "distanciation sociale"

  • la peur du virus, d'en mourir, d'avoir des proches qui en meurent

  • la peur permanente dans les médias (avec le décompte du nombre de décès quotidiens etc.)

  • le déconfinement

  • le couvre-feu

  • les sacrifices

  • le doute,

  • les questionnements intérieurs, les bilans ou l'introspection presque systématique

  • le reconfinement et ses multiples facettes

Les mesures ont été majoritairement respectées dans l'espoir de sauver un maximum de vies et que ces éléments contraignants prennent fin au déconfinement du 11 mai 2020 afin de retrouver une vie "normale". Or aujourd'hui force est de constater que ce n’était que le début.

Alors que le moral de la population est au plus bas depuis plus d'une année, un nouveau confinement national a été annoncé le mercredi 31 mars 2021 (depuis le 20 mars pour l'Ile-de-France). Il fragilise encore un peu plus la santé mentale de chacun. Pour beaucoup de personnes, ce nouveau confinement est vécu comme un retour en arrière en mars 2020.


Ce qui revient le plus lors des consultations est:

  • de plus en plus de questionnements, après tant de sacrifices, sur l'efficacité des mesures prises (masques, distanciation, fermetures etc.) qui n'ont pas empêché cette "3ème vague"

  • des doutes sur une fin réelle de l'épidémie et des mesures gouvernementales

  • la peur permanente dans les médias

  • l'impossibilité de se projeter

  • en plus d'une crise croissante de confiance.

Sans parler de personnel hospitalier que j'ai reçu en consultation après le 1er confinement, m'exposant l'impression d'avoir été envoyé "au front sans armes" et qui revient en ce moment en m'expliquant qu'un an après elles ont l'impression que rien n'a changé et qu'elles pensent à quitter leur métier qu'elles avaient pourtant choisi avec leur coeur.

Un an plus tard, le nombre de cas de Covid-19 n’a jamais significativement diminué au point de se sentir à nouveau en sécurité, de ne plus s'en inquiéter et de ne plus en entendre parler. Les diverses restrictions sanitaires ont perduré en France et nous voila confinés pour la 3ème fois. L'inquiétude, le désespoir et/ou la colère, la frustration, la défiance continuent de monter en France, en Europe et dans le monde d'autant plus que les dommages collatéraux sont de plus en plus terribles. Les informations puis mesures contradictoires (masques inutiles puis obligatoires), les couacs liés aux vaccins (approvisionnement, transparence, bénéfices/risques etc) et la remise en question d'une fin des risques et des mesures suite à la vaccination n'ont fait qu'accentuer ces sentiments négatifs grandissants.

Qu'est ce que la santé mentale?

On réduit souvent la santé mentale à une maladie mentale or avoir une bonne santé mentale, c'est être heureux (ou au moins ne pas être malheureux).

La santé mentale se compose de deux dimensions :

  • la dimension liée à la projection dans l'avenir, c'est-à-dire faire des projets et les réussir.

  • la dimension liée au fait de se sentir bien tout de suite, d'avoir un ressenti globalement positif, d'être en harmonie avec notre quotidien.

Lorsque la santé mentale est bonne, les émotions, le ressenti sont agréables, même si on peut avoir des "petites peurs", du stress qui peuvent survenir, on va savoir les dépasser.

Dans cette situation inédite, le gouvernement peine à trouver les solutions nécessaires pour améliorer le quotidien des Français notamment leur santé mentale. D'où le lancement depuis le 6 avril 2021 d'une campagne de Santé publique France et du ministère des solidarités et de la santé dédiée à la santé mentale à destination du grand public.


Covid-19 ou "la grande dépression": hausse des états anxieux ou dépressifs et dégradation de la santé mentale pendant la pandémie

La consommation d’anxiolytique et de somnifères a doublé sur l’année 2020.

Pauvreté, détresse psychologique, souffrance des enfants… « Ce qu’on mesure difficilement, ce sont les dégâts à long terme de cette épidémie. »

Précarité mentale, le mal de l’année

Entre les conséquences de la pandémie et des différentes mesures etc., le stress, les peurs, les angoisses, l'état dépressif peuvent être liés:

  • à une situation financière difficile voire précaire

  • aux conditions de logement

  • à la crise économique

  • au fait d'avoir contracté le virus ou peur de le contracter

  • la peur de perdre des proches

  • à l'incertitude de la situation qui dure

  • l'impossibilité de se projeter, de réaliser ses projets, ses rêves pour le moment

  • au télétravail

  • aux confinements, aux couvre feu, aux déconfinements

  • aux différentes restrictions et privations

  • à l'isolement, à l'impossibilité de voir sa famille, ses proches, de les prendre dans ses bras, de conserver le lien social etc.)

Etats anxieux ou dépressifs : « Une épidémie dans l’épidémie »

La santé mentale est, depuis mars 2020, mise à rude épreuve. Deux études publiées en mars 2021 font un bilan des effets des confinements sur la santé mentale.

« Fin septembre, début novembre 2020, nous avons vu le nombre des états dépressifs doubler. Aujourd’hui, 30 % de la population sont concernés par ces états anxieux et dépressifs.»

explique Enguerrand du Roscoät, responsable de l’unité santé mentale au sein de la direction de la prévention et de la promotion de la santé de Santé publique France.


Tout le monde est touché. Les populations encore plus particulièrement touchées sont les moins de 26 ans (passages aux urgences pour geste suicidaire et troubles de l'humeur chez les enfants de moins de 15 ans en hausse), les femmes, les personnes en difficulté financière, habitant dans un logement dégradé, avec peu de soutien social. 


Qui n'a pas fait un bilan de sa vie en 2020 ou/et en 2021?

La situation actuelle est de plus un catalyseur qui nous oblige, que nous le voulions ou non, à faire un point sur nous même. Ce qui parfois peut être très douloureux surtout quand nous réalisons que ce n'est pas cette vie que nous voulons ou dont nous rêvions. Nous nous retrouvons comme face à un miroir et nous ne pouvons plus nous fuir. La situation actuelle nous met donc également face à:

  • nos relations

  • nos problèmes (de santé, de couple, familiaux, amicaux, de choix de métier, financiers etc.)

  • nos zones d'ombre

  • nos modes de vie

  • des histoires passées (ou présentes) qui nous affectent

  • nos insécurités

  • nos thématiques que nous n'avons souvent mises "sous le tapis".

​Attention donc à ne pas vous diagnostiquer dépressif.ve trop rapidement. Pour lire mon article sur la dépression: "Déprime ou dépression", cliquez ici.

Pas de panique, vous n'êtes pas seul dans ce cas et il existe des solutions. Ne serait il pas temps de vous libérer de ce qui vous empêche de vous sentir mieux?


Comment prendre soin de sa santé mentale?

Pour prendre soin de sa santé en général, de nombreux professionnels de santé, comme mes collègues naturopathes, vous parleront du terrain. Il est primordial de prendre soin de son terrain et de le garder sain.

Le terrain peut être défini comme l'état d'un individu à un moment précis, définit par son équilibre: physique, psychologique, mental et spirituel (au niveau de l'âme).

S'inquiéter c'est utiliser son imagination pour créer quelque chose que l'on ne veut pas. La question est: que peut on faire maintenant pour se sentir mieux?

De nombreuses solutions existent pour se sentir mieux maintenant:

  • éviter d'écouter les informations (répétitives) trop souvent, quotidiennement mais rester informé lors de grandes annonces

  • sortir tous les jours de chez soi, afin de s'exposer à la lumière naturelle du jour, idéalement dans la nature ou dans un parc même pour une courte durée

  • appeler des amis/ de la famille (les liens sociaux sont très importants pour la santé mentale)

  • organiser ses journées en se fixant des objectifs réalistes: le fait de les atteindre donne de la confiance et un sentiment de satisfaction

  • faire des activités positives: ranger, classer parfois même faire le ménage peut faire du bien, apprendre à cuisiner de nouvelles recettes, écouter de la musique positive ou douce ou regarder une émission ou un film qui va vous faire rire ou rêver

  • rire: le rire est en effet excellent pour la santé mentale!

  • faire tous les jours une liste de choses positives aussi appelée liste de gratitude (même les plus simples comme dormir au chaud) tous les matins au réveil + tous les soirs avant de s'endormir pendant au moins 21 jours d'affilée. Il a été prouvé qu'avec le renforcement de pensées positives, vous renforcez votre système immunitaire.

  • sur les réseaux sociaux, se concentrer sur les comptes et publications qui vous font du bien (même si cela doit se limiter pour un certain temps à des comptes montrant des chatons!). Faites le test suivant: prenez 1 minute après être allé sur les réseaux sociaux et fermez les yeux. Concentrez vous sur comment vous vous sentez. Mieux qu'avant d'y aller? Continuez! Moins bien ou mal? Identifiez et ne suivez plus les comptes qui vous font vous sentir mal ou faites une pause sur les réseaux.

  • faire de nouvelles activités si possible loin des écrans (dessin, lecture etc)

  • apprendre à ne plus penser au passé, à cesser de s'en faire pour le futur et à apprécier le moment présent que l'on est en train de vivre pleinement, quoi que l'on fasse.

  • cultiver ses pensées positives, ses rêves, ses projets: il ne s’agit pas d’ignorer ce qui va mal mais de se concentrer sur le po-si-tif.

  • s'entourer de personnes positives, qui vous "tirent vers le haut", qui vont vous aider à aller mieux, à nourrir vos rêves.