296-421-1741
 

Le syndrome du jumeau perdu: et si vous aviez perdu un jumeau avant votre naissance sans le savoir?

Lors de certaines grossesses, il peut y avoir deux fœtus dans la cavité utérine. Et il arrive que l’un des fœtus disparaisse au tout début d’une grossesse. Selon des spécialistes, l’enfant qui a survécu (qui devient ensuite adulte), sans même savoir consciemment qu'il avait un jumeau, ressent souvent un manque pour lui inexpliqué et des symptômes liés à la disparition de son jumeau. C'est ce qu'on appelle le syndrome du jumeau perdu, c'est la souffrance que vit le jumeau qui reste de cette perte intra-utérine, même inconsciente. Il s'agit d'une blessure de gémellité. Sentiment de manque inexpliqué, de peur de l'abandon, de solitude, d'hypersensibilité aux séparations, de sentiment inexpliqué de culpabilité etc. sont des symptômes fréquents pouvant évoquer la perte d'un jumeau.

Les recherches récentes permettent de savoir que ce cas est beaucoup plus courant qu'on ne pouvait l'imaginer à une époque. En effet, au moins 1 embryon sur 10 aurait un jumeau qui disparaît au cours de la grossesse sans nécessairement que la mère en ait connaissance. Or on parle malheureusement peu de ce phénomène pourtant de plus en plus courant. Mais quelles sont les conséquences d'une telle disparition pour le foetus restant? En grandissant, le jumeau survivant va ressentir différents symptômes psychologiques et parfois physiques liés à cette séparation, à cette perte.

Avez-vous le sentiment depuis toujours de chercher ou d’attendre quelqu'un, de vous sentir incomplet, seul ou vide? De ressentir une tristesse latente et inexplicable? L'accompagnement que je propose est pour vous mais aussi pour l'âme de votre jumeau perdu.

  • Un sujet fréquent, souvent tabou mais qui parle à tant de personnes

  • Quand l'un des jumeaux survit et pas l'autre. Et si vous étiez un jumeau né seul?

  • Signes et symptômes: comment savoir si vous avez le syndrome du jumeau perdu?

  • La perte d'un jumeau perdu du point de vue de l'âme

  • Comment savoir si on a le syndrome du jumeau perdu? L'inconscient et le corps savent

  • Mon accompagnement pour sortir du syndrome du jumeau perdu: pour vous et pour votre jumeau perdu


Un sujet fréquent, souvent tabou mais qui parle à tant de personnes

Il s’agit donc d’un cas de figure beaucoup plus fréquent qu’il n’y paraît. Cette perte peut arriver très tôt sans que la présence de deux embryons ne soit forcément connue. Elle peut avoir des impacts sur les personnes concernées enfants et adultes.

Selon des études récentes, dans environ 10 à 15% des cas, les grossesses seraient gémellaires mais l'un des embryons ne survivrait pas ou arrêterait de se développer avant le terme. Depuis quelques années, avec le développement des échographies dès le début de la grossesse, le nombre de jumeaux diagnostiqués a augmenté. Les naissances de jumeaux sont également de plus en plus fréquentes.

Le syndrome du jumeau perdu « résonne » pour tant de personnes car le “jumeau perdu” évoque la question de la perte, avec laquelle on doit composer toute notre vie.

C'est un sujet parfois tabou, aussi bien pour les médecins que pour les femmes qui y sont confrontées. Lorsqu'elles le savent, elles n'en parlent pas toujours à l'enfant tout simplement car elles n'en voient pas forcément d'intérêt, ou encore parce que c'est une blessure pour elles qu'elles ne souhaitent pas raviver.


Quand l'un des jumeaux survit et pas l'autre. Et si vous étiez un jumeau né seul?

Tout d'abord, cette perte peut être complètement inconsciente pour vous et pour votre mère. La perte de l'embryon peut en effet passer totalement inaperçue. Notamment quand elle survient tôt, la grossesse gémellaire n'est pas toujours connue de la mère. Si on ne sait pas toujours que l’un des jumeaux a été perdu, c’est tout d’abord parce que les échographies ne sont pas systématiques en tout début de grossesse. La présence du jumeau est rarement visible et évidente en début de grossesse. Des saignements pendant la grossesse peuvent être un indice mais les causes de ces hémorragies peuvent être autres. Quelques signes peuvent être des indices, comme par exemple si la mère a ressenti les symptômes identiques à ceux d’une fausse couche (saignements, douleurs au ventre…), mais que l’échographie montre que l’enfant est toujours présent. Il peut alors s’agir d’une grossesse qui était gémellaire au départ mais que l’un des deux fœtus a été avorté spontanément. La mère peut aussi ne rien avoir ressenti du tout.


Comme je l'ai déjà vu en consultation, il arrive également que la mère en soit informée mais ne veuille pas en informer son enfant même une fois adulte.


Il arrive donc que l’un des deux embryons arrête de se développer avant le terme ou ne survive pas et le jumeau survivant pourra donc souffrir de cette perte prématurée. Le syndrome du jumeau perdu serait un manque causé par la perte d'un jumeau pendant la grossesse.

Ce n'est pas parce qu'on est encore dans le ventre de la mère que la perte d'un frère ou d'une soeur ne nous affecte pas. Un lien fort et intense se crée entre des jumeaux à l'état embryonnaire.

Il existe des conséquences pour l’enfant, et aussi une fois adulte, lors de la perte d'un jumeau, même inconsciente.

En grandissant, ce deuil inconscient non libéré, peut occasionner certaines difficultés ou problématiques dans la vie du jumeau survivant.


Signes et symptômes: comment savoir si vous avez le syndrome du jumeau perdu?

Le lien qui existe entre deux jumeaux est un lien très fort. Le fœtus survivant pourra ressentir (dans certains cas) plus tard, des émotions inconscientes de cette perte prématurée. Il est important de noter que l’apparition d’un traumatisme occasionné par la perte d’un jumeau n’est pas systématique. Comment s'exprime ce traumatisme?

Cette perte s'exprime sous 3 formes principales:

  1. psychiques

  2. comportementales

  3. et physiques

Voici des exemples de ce que le jumeau survivant peut ressentir:

  • un manque inexpliqué, qui sera d'autant plus inexpliqué s'il n'est pas au courant qu'il a eu un jumeau dans le ventre de sa mère

  • un vide intérieur, une peur de se retrouver seul ou qu’aucune relation ne puisse combler le vide intérieur

  • un sentiment de survie

  • une envie de fuir le monde

  • un sentiment d’être incomplet de manière inexplicable, que quelqu'un manque

  • une peur de l’abandon, de la séparation

  • des comportements et des émotions lourdes sans compréhension réelle de leur origine

  • un sentiment de ne pas trouver sa place ou ne pas avoir sa place En savoir plus ici

  • un conflit d’identité

  • une hypersensibilité qui déforme vos rapports aux autres

  • une certaine dépendance affective

  • une recherche de relations fusionnelles (en amitié ou en amour), un besoin de symbiose, de communication au-delà des mots (qui effraie souvent le partenaire) ou l’investissement dans des relations avec des partenaires inaccessibles

Mais aussi par exemple, selon les personnes:

  • une mélancolie profonde, un profond sentiment de nostalgie, de mal-être, voire de dépression

  • un sentiment de culpabilité, d’être en vie alors que l’autre est mort, de vivre, d’être entouré, jusqu'à se sentir mal au milieu d’un repas de famille sans savoir pourquoi

  • un auto-sabotage où l’on s’interdit de réussir ou d'être heureux

  • une tendance à "tout donner", à s’épuiser, à être hyper-performant, pour mériter d’être celui qui reste/ qui a survécu, comme si on avait usurpé la place d’un autre, voir le syndrome de l'imposteur Pour lire mon article sur le sujet Le syndrome de l'imposteur, cliquez ici.

  • un besoin de faire plaisir, de plaire à tout prix pour ne pas perdre l'autre

  • un besoin d’attirer l’attention, d’être désiré en permanence

  • un besoin de se coller aux autres, d’être dans un contact permanent ou au contraire la peur d’être touché

  • des troubles de l’attachement, souvent liés à une angoisse incompréhensible de la séparation lors des ruptures ou séparations, de deuils

  • une peur de manquer, besoin de garder ou collectionner

  • une peur de la mort plus accrue ou au contraire une nostalgie de la mort avec des prises de risque ou des accidents répétitifs

  • une tendance à être très sensible, silencieux, en retrait, à s’isoler et à se sentir incompris

  • un rapport problématique avec la nourriture (anorexie ou boulimie).

  • des difficultés à faire des choix

  • une tendance à développer le syndrome du sauveur ou de l'infirmière. Pour lire mon article sur le sujet Les syndromes de l'infirmière & du sauveur: solutions, cliquez ici.

  • des difficultés notamment dans la vie amoureuse tant que leur quête gémellaire restera inconsciente et non réglée

  • une tendance à tout acheter en double, quelque chose en eux se souvient et vit comme si la séparation n’avait jamais eu lieu

  • une fascination par la symétrie

  • des troubles de la vue, des problèmes dermatologiques, des scolioses

  • etc.

⚠️ Ces signes ne sont pas systématiquement révélateurs de la perte d'un jumeau. Si par contre vous avez plusieurs signes qui résonnent en vous ou que vous repensez à ce sujet après avoir lu cet article (enregistrez-le pour y revenir par la suite et vérifier comment cela résonne), alors il sera possible d'aller travailler sur cette thématique à l’aide de l'hypnose ou des soins énergétiques. Vous trouverez plus d'informations dans la dernière partie de cet article.


Chez l'enfant, voici comment cela peut aussi se manifester:

  • il va dire "on" au lieu de "je" ou alors il va avoir besoin de deux objets à la place d'un seul

  • il peut souvent parler d'un autre bébé ou de son frère ou sa soeur (qui n'existe pas) ou bien le ou la dessiner ou dessiner sa maman tout le temps enceinte alors qu'elle ne l'est plus.

  • l'enfant, ou le bébé, peut sembler moins bouger que les autres.

  • l'enfant peut aussi développer des somatisations comme des maux de ventre. Attention toutefois, avoir ce type de pathologie ne signifie pas forcément que votre enfant est atteint du syndrome du jumeau perdu. J'encourage toujours les personnes à tout d'abord aller voir un médecin.

La perte d’un jumeau est un traumatisme précoce qui peut être douloureux, même s'il est inconscient, laisser des traces et se réactiver ou s'accentuer particulièrement au moment d’une séparation ou de la perte d’un être cher.

La perte d'un jumeau perdu du point de vue de l'âme

Notre âme choisit de s'incarner dans un corps pour faire l'apprentissage par l'expérience. D'incarnation en incarnation, de vie en vie, elle s'enrichit. L'âme traverse les expériences pour évoluer et il arrive souvent que des événements difficiles fassent partie de son évolution. Même si cela peut paraitre difficile à accepter au début, votre âme a fait le choix de s’incarner afin de vivre une expérience terrestre pour évoluer et cette perte en fait partie. Pour en savoir plus sur L’âme, l'incarnation et la réincarnation: le choix de nos épreuves et de nos rencontres cliquez ici.

Cela ferait même partie de vos contrats d'âme. Toutes ces rencontres ont été décidées et “validées” avant notre incarnation afin d'entrainer des événements, des faits. Elles peuvent parfois nous faire faire des choix que l’on n’aurait jamais pensé faire ou prendre des “routes” insoupçonnées. Cela s'appelle un contrat d'âme. Pour lire mon article sur les contrats d'âmes, cliquez ici.

Du point de vue de l’âme, un départ avant l'accouchement:

  • peut être provoqué par une âme qui a voulu expérimenter le monde physique. Elle s’est donc incarnée in utero pour avoir une expérience dans la matière, ressentir des émotions au travers de sa mère, avec son jumeau, puis a décidé de ne pas poursuivre son incarnation dans cette vie.

  • peut signifier qu’un échange dans l’ordre d’incarnation s’est effectué dans la fratrie

  • peut signifier que l’âme décide finalement de revenir plus tard, à l’occasion d’une nouvelle naissance ou autre (dans une nouvelle famille, à une autre époque etc.).

Comment savoir si on a le syndrome du jumeau perdu? L'inconscient et le corps savent

Notre corps et notre inconscient sont comme d'énormes disques durs, de puissantes bases de données. Ils se souviennent de tout et nous pouvons leur faire confiance.

Dès le ventre de notre mère, et avant même l'incarnation, nous enregistrons tout ce qu’il se passe autour de nous sur ces disques durs:

  1. nos perceptions

  2. nos ressentis (physiques, émotionnels etc.)

  3. nos souvenirs (personnels et familiaux)

Ils s’inscrivent et s'enregistrent alors dans nos cellules, sous forme de mémoires cellulaires.


Nos cellules sont porteuses de mémoires: